Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Quand Tariq Ibn Ziyad perd sa carte d’identité ! Par Amin Zaoui

Publié par The Algerian Speaker sur 23 Août 2015, 11:10am

Catégories : #HISTOIRE (KAN YA MAKAN FI KADIM AZAMANE

Quand Tariq Ibn Ziyad perd sa carte d’identité ! Par Amin Zaoui

Louange à la culture de la critique. Ils nous ont bourrés la tête de mensonges ! Des mensonges de toutes les couleurs : les religieux, les politiques, les historiques, les linguistes et les culturels. Enfant, l’écrit à mes yeux fut une chose sacrée ! Inviolable. La vérité absolue. Le livre, tout livre, est divin. Enfant, ils ont jeté entre mes petites mains, devant mes yeux écarquillés un texte signé par celui qui un jour, il y a de cela quelque treize siècles, a pris la tête d’une armée berbère pour conquérir l’Andalousie. Dans l’au-delà de la mer. Ce général berbère s’appelle Tariq Ibn Ziad. Le texte mis devant mes yeux écarquillés, dans un de mes livres scolaires, était en forme d’une “Khotba militaire” (Oraison militaire) enflammée, dans un arabe littéraire hautement soigné. Dès que je fermais mon livre scolaire, je demandais à mon père, lui l’homme lettré : Père, explique-moi, comment un Berbère qui n’a jamais appris l’arabe ou très peu, une langue nouvellement arrivée dans le pays des Amazighs sur le dos du cheval d’un cavalier appelé Moussa Ibn Nosseir, parviendra-t-il et avec une telle maîtrise à prononcer une telle “khotba” ? Comment une chose pareille peut-elle se produire? Je relisais la “khotba” et je me disais : ce n’est qu’un mensonge cette oraison ! Il est impossible qu’un général berbère élevé dans une autre langue maternelle qui est le berbère soit capable de dire ou écrire un texte dans la langue d’El Mutanabbi et avec une rhétorique majeure ! Tariq Ibn Ziyad n’est pas l’écrivain de cette “khotba” l’un des textes les plus connus dans la littérature arabe. Une colère a rongé mon père ! Et je me demande : n’existe-t-il pas une autre (oraison) “khotba”, un autre texte écrit ou dit en kabyle, le vrai, dans la langue originale de Tariq Ibn Ziyad, et qui, sans doute, a été décimé par les faux-monnayeurs de l’histoire culturelle et politique du Maghreb ? L’enfant m’habite, seuls les enfants osent poser les questions les plus gênantes à leurs aînés, je demande : Qui parmi vous, les historiens, les littéraires, les linguistes, les géographes ou les biographes est capable de nous indiquer le lieu de naissance de ce Tariq Ibn Ziyad ? Il est le fils de Tanger, disent les uns. Il est le fils d’Oued Souf disent les autres ! Il est le fils de nulle part, disent d’autres voix ! Même le nom Ibn Ziyad collé au général berbère est étranger. Les enfants kabyles ne portaient pas un nom pareil. Même son nom est falsifié ! Quant aux Européens, ils lui collé un autre nom bizarre et extravagant : “Le Borgne” ! Y a-t-il parmi vous quelqu’un ou quelqu’une capable de m’indiquer la date de naissance de ce général ? C’est intrigant et perplexe de trouver l’homme le plus célèbre dans l’histoire du Maghreb musulman sans date de naissance, ni celle de son décès! Ce qui est sûr et dramatique est que ce grand Berbère, qui a su comment traverser en héros la Méditerranée et ainsi faire débarquer les musulmans et les Arabes sur la terre espagnole, a fini sa vie en mendiant sur le seuil du portail de la grande mosquée des Omeyyades à Damas ! Son nom est donné à un rocher dans un détroit méditerranéen ! Et j’aime mes instituteurs !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents