Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Algérie-Fonds informels : plus de 3 milliards DA drainés par les banques

Publié par The Algerian Speaker sur 9 Novembre 2015, 19:21pm

Algérie-Fonds informels : plus de 3 milliards DA drainés par les banques

L'opération de bancarisation des fonds informels, lancée depuis août dernier, a drainé plus de trois (3) milliards de dinars jusqu'à maintenant, a révélé, lundi à Alger, le P-dg de la Banque de développement local (BDL), Mohamed Krim. "Les banques ont mobilisé tous les moyens nécessaires pour bien mener l'opération de la 'Mise en conformité fiscale volontaire' qui a drainé, depuis son lancement, entre 3 et 3,5 milliards de dinars au niveau de toutes les banques", a déclaré M. Krim qui était invité, en compagnie du P-dg du Crédit populaire d'Algérie (CPA), Omar Boudieb, au Forum du quotidien national El Moujahid. Selon le premier responsable de la BDL, les capitaux circulant dans l'informel représentent 26% de la masse monétaire présente sur le marché, tandis que "l'objectif fixé est de drainer au moins 10 à 15% de cet argent", ajoutant que ces montants permettront aux banques de les exploiter pour contribuer dans le financement des entreprises et de l'économie nationale. Selon la Banque d'Algérie, l'argent liquide circulant dans l'informel oscillerait entre 1.000 et 1.300 milliards de DA. Pour assainir le secteur informel, la loi de finances complémentaire 2015 permet aux détenteurs de fonds hors circuit bancaire de déposer leur argent auprès des banques dans le cadre d'un "programme de mise en conformité fiscale volontaire" contre le payement d'une taxation forfaitaire libératoire au taux de 7%, rappelle-t-on. L'opération est en vigueur depuis mi-août dernier et devrait durer jusqu'à fin 2016. APS

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents