Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Comment Mohamed bin Zayed a pris le pouvoir aux Emirats Arabes Unis

Publié par The Algerian Speaker sur 9 Décembre 2015, 10:49am

Comment Mohamed bin Zayed a pris le pouvoir aux Emirats Arabes Unis

C’est pour la deuxième année consécutive que Cheikh Khalifa ben Zayed, président en exercice du richissime Etat des Emirats Arabes Unis s’absente des festivités de la fête nationale de son pays. En effet, c’est l’homme puissant d’Abou Dhabi Cheikh Mohamed ben Zayed Al Nahyane qui a reçu les invités de marque des Emirats et qui a présidé toutes les festivités célébrées à cette occasion.

D’après des sources bien informées à Dubaï, Cheikh Khalifa Ben Zayed qui a été victime d’un accident cardiovasculaire cérébral en 2014 suite à une vive altercation avec ses deux demis frères Mohamed, prince héritier et Abdallah, ministre des Affaires étrangères n’a plus la main sur les leviers des Emirats. Il passerait la majorité de son temps dans ses cossues propriétés de Maxilly-sur-Léman à la sortie d’Evian, en direction de Saint-Gingolph, acquise par son père Cheikh Zayed Ben Sultan Al Nahyane en 1991 et dont il a hérité et d’Amphion-sur-Léman du côté de Genève.

Frères ennemis

Le retrait de Cheikh Khalifa intervient après les divergences qui l’ont opposé à ses demis frères concernant l’utilisation de la manne des pétrodollars et surtout la politique régionale. Cheikh Khalifa voyait d’un très mauvais œil le rapprochement entre Mohamed bin Zayed et Mitaab, fils du défunt roi Abdallah d’Arabie Saoudite et patron de la puissante garde nationale saoudienne. Agé de 67 ans, il connait mieux que ses jeunes frères la complexité des équilibres tribaux dans les Etats du Golfe et les risque de s’immiscer dans les affaires internes saoudiennes.

Mais, c’est à propos du printemps arabe qui bourgeonne en 2011 en Tunisie, en Egypte et au Yémen que les divergences entre Khalifa et Mohamed atteignent leur paroxysme. Le président des Emirats Arabes Unis ne voit pas d’un mauvais œil l’arrivée des islamistes au pouvoir. Son frère cadet, moins rigoriste et plus occidentalisé ne partage pas cet avis. Il voit dans la montée en puissance de l’islam politique, un sérieux danger pour la légitimité des monarchies du Golfe qui gèrent de colossales fortunes et confondent allégrement entre le budget de l’Etat et leurs cassettes personnelles, sans pouvoir se targuer de la moindre légitimité démocratique.

Mohamed Bin Zayed, maître à bord

C’est donc en suivant à la lettre les conseils de son « mauvais génie », Mohamed Dahlan, ancien patron de la sécurité préventive palestinienne, désormais exilé à Dubaï, que Mohamed bin Zayed met son plan en exécution. Il met Cheikh Khalifa, peu rompu aux manœuvres politiciennes, en minorité au sein même de la famille régnante. Chose aisée, puisqu’il est marié à la fille de son oncle Hamdane Al Nahyane, l’un des hommes les plus riches de la région. Dans sa conquête du pouvoir, le nouvel homme fort des Emirats profite de la puissance du clan de sa mère Cheikha Fatma bint Mubarak Al Ketbi. Mais pas seulement, Cheikh Mohamed bin Rached Al Maktoum, émir de Dubaï et Corégent des Emirats Arabes Unis lui a apporté tout son soutien.

Aujourd’hui, le véritable chef de clan et de l’Etat est cheikh Mohamed bin Zayed, qui ayant réussi à écarter totalement son frère aîné du pouvoir, voudrait redessiner la carte politique au Moyen-Orient et s’entourer de « pouvoirs vassaux », notamment en Syrie, au Yémen et en Egypte. Une manière de pérenniser le règne des petites monarchies du Golfe confrontées aux ambitions géostratégiques de l’Iran et à la fanatisation de l’Islam sunnite.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents