Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Deux prophètes, un anniversaire et une astuce contre l’intolérance par Kamel DAOUD

Publié par The Algerian Speaker sur 23 Décembre 2015, 10:55am

Catégories : #la rubrique de Kamel Daoud

Deux prophètes, un anniversaire et une astuce contre l’intolérance par Kamel DAOUD

Noel coïncide, cette fois, avec le Mawlid, date de naissance de Mohamed. Deux anniversaires de Prophètes au nom desquels on a tué beaucoup d’humains. On peut y voir le signe, le présage, l’humour ou la brèche dans le mur du temps et de la cécité. Au choix. La semaine, d’ailleurs, on peut la passer à s’exercer intellectuellement à ce que le chroniqueur appelle l’Inversion tolérante : prendre des faits, des actes, des écrits de «chez nous», sur l’occident, et en inverser le sens en replaçant le mot musulman, par le mot chrétien, le mot islam par bouddhisme ou religion juive ou autre. Un dernier écrit d’un écrivain algérien parle, par exemple, avec violence de l’occident, des occidentaux et use de la catégorie verbalie généralisante de «l’homme occidental» en parlant de crime, d’incapacité culturelle à l’humanisme, de complots et de félonie. Le chroniqueur s’est amusé à remplacer le mot «occidental» par le mot «arabe». Cela vous donne un texte raciste, horrible, fielleux, signé par l’extrême-droite la plus haineuse et avec les clichés que l’on connaît. Un autre exercice : des écolières en Amérique mettent le voile, pour une heure, par solidarité avec des écolières voilées inquiétées. Exercice d’inversement : on imagine le sort d’écolières algériennes fêtant noël, par solidarité avec des chrétiennes syriennes ou autres, venues se réfugier ou habiter dans nos territoires fermés? Echourrouk et Ennahar en feront un crime, le ministère de l’Education sera sommé de s’excuser et les écolières algériennes solidaires seront stigmatisées comme «impies». Sur Facebook, un barbu avait commenté le geste des écolières américaines comme noble : il sera le même à incendier des Algériennes qui feront le même geste envers des chrétiens démunies ou harcelés. Un autre exercice? On débat avec rage d’une mosquée fermée en France comme preuve d’islamophobie, mais si un chrétien ou un juif ou un bouddhiste tente d’ouvrir un lieu de culte dans nos géographies «pures», il sera incendié, chassé. Si un chrétien ou un bouddhiste se promène avec sa croix ou sa Kesa dans nos villes, il sera lapidé. Par contre, on s’indigne que les médias de l’occident filment le barbu en tenue afghane dans les rues de Paris ou Lisbonne. Aux Etats-Unis, le maire de New-York a décidé que la fête de l’Aïd est une journée fériée par respect pour les écoliers musulmans. Inversons : On imagine le même geste, dans les pays dits «arabes» ou les pays musulmans : un maire qui déclare, par souci de rapprochement, de respect, que tel jour de fête religieuse d’une communauté minoritaire est désormais fériée. Le tollé, la meute et les émeutes. L’exercice que propose le chroniqueur est simple : prendre chaque fait, chaque discours, chaque événement traitant du monde «musulman» en occident et s’exercer à l’optique inverse, remplacer le mot «islam» et «musulman» par un autre et voir qu’elle pourrait être notre réaction et notre tolérance face au chrétien, juif, bouddhiste, athée ou animiste ou autre. Cela nous apprendra à peser les gestes des autres à leurs justes valeurs. Cela nous poussera à comprendre les différences et limiter nos excès et nos gémissements et nos victimisations en boucle. C’est très simple à faire, juste «remplacer» et voir. Conclusion? L’islamophobie, par exemple, existe et elle est un crime, un désastre de la culture et de l’humain. Mais la christianophobie, la détestation de toutes les autres religions, l’intolérance à la différence existent chez nous et on les cultive comme «identité», «constantes», «culture», «piliers» et autres arnaques. On ne permet à personne de construire des églises chez nous, mais dès que le chantier d’une mosquée est stoppé en occident, on se soulève comme des indignés hallucinés. C’est cela la réalité. Et elle se résume à l’essentiel : on ne peut pas reprocher aux autres ce que nous commettons et on ne peut pas réclamer justice à l’humanité alors que nous refusons d’en faire partie. Cet exercice est simple, facile et on peut le pratiquer face aux médias, aux intolérants et aux extrémistes ; il nous apprend la mesure. On veut donc que le monde soit musulman ou que le monde accepte l’islam et les musulmans mais on ne veut accepter personne dans nos géographies, dans nos cultures et dans nos pays. On crie au racisme culturel si on parle «d’impossibilité de la démocratie chez les arabes», mais on s’accommode des analyses faciles sur les occidentaux «incapables d’humanité, de tolérance et d’acceptation de l’Autre». Et, quand on finit d’écrire cela, on va passer ses vacances chez eux.

Joyeux Noël et Mawlid. Deux Prophètes ont l’occasion de naître ensemble, le même jour..

~Que leurs admirateurs fassent la même chose.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents