Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Investissons au lieu de «privatiser» dans la précipitation ! par Maâmar Farah

Publié par The Algerian Speaker sur 21 Décembre 2015, 10:13am

Investissons au lieu de «privatiser» dans la précipitation ! par Maâmar Farah

Personne n’est contre l’économie de marché mais je crois qu’il y a un minimum de procédures à respecter et des règles morales à observer par les instances dirigeantes de l’Etat. Il serait, par exemple, utile, avant de procéder aux prochaines privatisations, de faire le bilan des opérations à l’emporte-pièce d’un certain Temmar et qui étaient présentées, à l’époque, comme nécessaires et salutaires ! Ce fut un bradage… historique ! Beaucoup d’unités ainsi privatisées ont simplement disparu et leurs assiettes foncières récupérées, des hôtels prestigieux du temps du public sont totalement clochardisés, etc.

Et puis, pourquoi privatiser ce qui est rentable ? Ne serait-il pas plus raisonnable et avantageux pour l’économie d’encourager les nouveaux investissements au lieu de «zyeuter» à chaque fois le public ?

Qui n’a pas été heureux d’apprendre qu’un investisseur a pu réaliser une usine de sucre en un temps record ?

Bien sûr, le facteur Rebrab a été déterminant et l’on se met à regretter qu’il ne soit pas présent dans tous les secteurs, ce serait la garantie assurée aux investissements privés massifs ! Et puis, dernière question : puisqu’on ne fait plus d’idéologie, appelons M. Rebrab et facilitons-lui les choses pour qu’il renonce à investir 750 millions de dollars au Brésil ! Rappelons-lui que l’Algérie a besoin de ces programmes de développement et puis, moi, je le préfère à ces chasseurs d’outarde qui, entre deux virées dans la steppe, lorgnent du côté des merveilles laissées par Boumediène et Pouillon. Des sites que tout autre pays aurait convertis en patrimoine national intouchable !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents