Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Le vibrant hommage d’Ali Benflis à Hocine Aït Ahmed. our El Hocine Ait Ahmed, allah yerahmou our El Hocine Ait Ahmed, allah yerahmou : oh peuple, vous les hommes, les femmes, enfants et adultes, soyons nombreux et aimons nous les uns les autres comme un instant magique dans la vie de l'Algérie, en dehors de toutes les surenchères et égoïsmes décalés. Soyons nombreux. oui, il le mérite pour avoir sacrifié sa vie en restant debout, face au système qui voulait l'attendrir, le rabaisser à un simple militant moudjahid de la politique par des offres alléchantes qu'il a rejeté. refusant de troquer ses principes de liberté et de démocratie : il l'a fait pour le peuple, pour l'Algérie digne .. d'Ahmed ALOUI

Publié par The Algerian Speaker sur 24 Décembre 2015, 11:15am

Catégories : #DEBATS A BATONS ROMPUS(hiwar bila houdoud)

Le vibrant hommage d’Ali Benflis à Hocine Aït Ahmed. our El Hocine Ait Ahmed, allah yerahmou our El Hocine Ait Ahmed, allah yerahmou : oh peuple, vous les hommes, les femmes, enfants et adultes, soyons nombreux et aimons nous les uns les autres comme un instant magique dans la vie de l'Algérie, en dehors de toutes les surenchères et égoïsmes décalés. Soyons nombreux. oui, il le mérite pour avoir sacrifié sa vie en restant debout, face au système qui voulait l'attendrir, le rabaisser à un simple militant moudjahid de la politique par des offres alléchantes qu'il a rejeté. refusant de troquer ses principes de liberté et de démocratie : il l'a fait pour le peuple, pour l'Algérie digne .. d'Ahmed ALOUI

A peine la triste nouvelle a été annoncée qu’Ali Benflis publie une lettre dans laquelle il rend hommage à cette grande figure historique, l’un des derniers héros de la Révolution. «J’ai pris connaissance avec beaucoup de peine la nouvelle du rappel à Allah du dernier des géants de la grande épopée de la Libération nationale qu’a été Hocine Aït Ahmed. Je m’incline avec émotion à sa mémoire et je présente à sa famille, à ses proches et à tous ses compagnons mes condoléances les plus sincères et les plus attristées. Je tiens aussi à assurer le Front des Forces Socialistes de toute ma solidarité et de toute ma sympathie en cette pénible épreuve que partagent avec lui l’ensemble des Algériennes et des Algériens», a écrit l’ex-chef du gouvernement et actuel président du parti Talaie El Hourriyat. Pour Ali Benflis, fils de chahid, «Hocine Aït Ahmed aura été d’une rare constance, d’une rectitude exemplaire et d’une noblesse d’âme admirable dans la défense de ses idéaux». «L’Histoire de notre pays, a-t-il affirmé, l’a déjà distingué comme l’un des plus grands parmi les héros de la glorieuse Révolution de Novembre. L’indépendance de notre pays fut le premier grand combat de sa vie.» «Et dans ce combat, a précisé l’ex-candidat à la présidentielle, il s’est livré sans calcul et sans concession avec la fougue de sa jeunesse, la solidité de ses convictions et avec la certitude que dans un tel combat la vérité et la justice étaient du côté de toutes ces femmes et de tous ces hommes» qui en avaient fait leur «cause qui transcendait leur destin personnel». Il rappelle qu’à l’Indépendance, «Hocine Aït Ahmed est monté sur un piédestal d’où il n’est jamais descendu : celui des libertés et des droits pour ses concitoyens et de la démocratie pour son peuple et pour son pays». «Et de ce fait, les droits de l’Homme et la démocratie ont représenté la seconde cause de sa vie», poursuit cet avocat qui met en avant la bonne foi de l’homme dans la défense de sa cause. Une «foi» qui «n’a jamais vacillé». Ali Benflis enchaîne en assurant aussi que la volonté d’Aït Ahmed «n’a jamais faibli» et «sa détermination n’a jamais été prise en défaut malgré les épreuves tenaces et l’adversité implacable». Hocine Aït Ahmed était, pour Benflis, fait de «cette matière dont sont pétris les grands hommes : il a dédié sa vie à une cause à sa mesure, la cause de la liberté, plutôt qu’à la quête dérisoire des honneurs et des reconnaissances». «Sa vie aura été un roman de la liberté qu’il aura écrit non seulement avec des mots qui résonneront pour toujours comme un plaidoyer éternel pour les droits de l’Homme et la démocratie mais aussi par des actes qui ont donné un sens à la bravoure, à la résistance et au sacrifice», a-t-il ajouté, témoignant ainsi de la grandeur de cet homme qui est resté fidèle à ses principes jusqu’à la mort. «Hocine Aït Ahmed s’en va sans avoir été le témoin du triomphe de la seconde cause de sa vie. Les droits de l’Homme et la démocratie qu’il n’a pu voir naître en Algérie, forment aujourd’hui son legs et son testament pour ceux qui se reconnaissent dans la rectitude et la justesse de la cause qu’il s’est choisie», a souligné encore Benflis. Pour Benflis, sa génération et les générations à venir sauront saluer la marche solitaire du pionnier. «Elles sauront y puiser l’inspiration pour continuer son œuvre inachevée. Et plus que tout, elles sauront y trouver l’exemple à suivre», estime-t-il, considérant que «Hocine Aït Ahmed s’en est allé, mais son combat continue pour la gloire et le renouveau de son pays qu’il a tant aimé et qui n’a jamais déserté ses pensées et ses rêves».

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents