Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


La lutte contre le terrorisme nécessite la coordination internationale, non le double standard - source RLGS)

Publié par The Algerian Speaker sur 28 Janvier 2016, 17:48pm

Catégories : #DEBATS A BATONS ROMPUS(hiwar bila houdoud)

La lutte contre le terrorisme nécessite la coordination internationale, non le double standard - source RLGS)

Le terrorisme est un mal qui menace l’ensemble de l’humanité. Ceux qui promeuvent une politique de double standard sabotent la lutte concertée nécessaire à son éradication.

Le 4 janvier, Le petit journal, de Canal+, recevait une invitée très spéciale : Ursula Gauthier, ancienne correspondante de L’Obs à Beijing, “expulsée” par les autorités chinoise “à cause de son article” signé juste après les attentats de Paris : « Après les attentats, la solidarité de la Chine n’est pas sans arrière-pensées. »

Curieusement durant toute l’interview, on n’entend ni le mot “terrorisme”, ni celui d’“extrémiste islamiste”. Et en répondant la question “La Chine vous reproche quoi exactement”, elle a osé dire que la Chine la reproche de “parler librement”. Cette réponse volontairement à côté de la plaque, surtout son article en question, constitue en fait une injure envers les Chinois qui ont éprouvé une profonde sympathie à l’égard des victimes des attentats de Paris et qui ont exprimé leur soutien en masse. Ursula Gauthier a profité explicitement de cette tragédie pour chercher à justifier les organisations et les éléments terroristes auteurs d’atrocités en Chine, qui ont à leur actif l’assassinat de nombreux civils innocents. Des propos qui se sont attiré des reproches justifiés de la part de l’opinion chinoise, qui les a pris comme une apologie du terrorisme. Aucun pays, et certainement pas la France, n’aurait accepté à son encontre ce genre d’insinuation.

Aucune raison ne peut justifier les actes terroristes
Mme Gauthier écrivait dans son article : « Or, aussi sanglante qu’elle ait été, l’attaque de Baicheng ne ressemble en rien aux attentats du 13 novembre. »

En rien, vraiment ?

Bien que jusqu’ici, la communauté internationale reste partagée sur certains aspects de la définition des actes de terrorisme, la notion de base fait consensus : toute tuerie indiscriminée, organisée et intentionnelle, dirigée contre des civils constitue un acte terroriste. Or, on sait que toutes les victimes de l’attentat de Baicheng, dans le Xin-jiang, étaient de simples employés d’une mine de charbon. Il y a donc au moins un point commun entre l’attaque de Baicheng et les attentats de Paris, c’est que toutes les victimes étaient innocentes.
Et de fait, les actes terroristes qui se sont produits ces dernières années en Chine étaient tous, sans exception, dirigés contre des civils innocents. Citons quelques exemples :

L’attentat de Kashgar, au Xinjiang, le 30 juillet 2011 : 13 morts et 40 blessés ; celui de Yarkand, au Xinjiang à nouveau, le 28 février 2012 : 16 morts et 15 blessés ; l’attentat de la gare de Kunming, dans le Yunnan, le 1er mars 2014 : 29 morts et 143 blessés ; l’explosion dans le parc de Saybagh, à Urumqi, capitale du Xinjiang, le 22 mai 2014 : 31 morts et plus de 90 blessés…

Je voudrais citer une phrase de l’ancien secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan pour répondre à Mme Gauthier. C’était dans son discours de l’Assemblée générale des Nations Unis le 14 Septembre 2001 : “Les actes de terrorisme ne peuvent jamais se justifier, quelque raison que l’on puisse faire valoir.” Même quand les victimes sont des innocents civils… Chinois.

Ces exemples montrent que la Chine, tout comme la France, fait face à un grave risque terroriste.

Daech et le terrorisme en Chine

Le terrorisme qui sévit en Chine s’inscrit lui aussi dans un contexte international. Dans les années 1990, la fin de la guerre froide a fait place au « choc des civilisations », selon le terme de l’Américain Samuel P. Huntington. Des idées panislamistes et panturques originaires du continent eurasiatique et du Moyen-Orient ont rapide-ment migré vers le territoire chinois. Des mouvements séparatistes et nationalistes se sont formés à l’intérieur du pays. Profitant du sous-développement de certaines zones reculées du Xinjiang et de différences ethniques touchant aux plans économique, éducatif, culturel, linguistique et religieux, qui existaient indéniablement, et non sans l’appui secret de certains pays étrangers via des organisations clandestines, des dizaines d’organisations séparatistes ont été créées visant à séparer le Xinjiang de la Chine. Plusieurs d’entre elles sont terroristes par nature, comme le Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM), (dans l’article de Gauthier, ETIM serait une “invention” de la Chine avec George W. Bush) qui est reconnu officiellement comme tel aussi bien par les Nations unies et les États-Unis que par le Kazakhstan. Ces mouvements terroristes ont perpétré en Chine un certain nombre d’attentats visant des civils.

Il faut constater par ailleurs que la société chinoise se trouve actuellement dans une phase de transition, marquée par des transformations intenses. Des transformations qui accroissent les déséquilibres sociaux, engendrant des ressentiments et même des conflits entre diverses ethnies, courants religieux, régions et catégories sociales. Cela étant posé, ce serait simplifier à outrance que d’affirmer que les actes terroristes qui ont coûté la vie à de nombreux civils avaient pour cause unique ces ressentiments et ces conflits. C’est comme si l’on prétendait que les discriminations qui frappent les jeunes nés de minorités ethniques en France avaient à elles seules provoqué les atten-tats de Paris. Aucune raison ne peut justifier le massacre de civils innocents.

Le vrai problème est qu’il existe actuellement, surtout en Occident, des personnes qui comme Mme Gauthier raisonnent sur un double standard, en utilisant deux poids deux mesures, selon lequel tuer des civils occidentaux relèverait du terrorisme tout court, tandis que massacrer des civils de pays tiers, comme la Chine, relèverait d’une sorte de terrorisme « entre guillemets », ainsi qu’elle ne manquait jamais de l’écrire, à chaque fois (17 fois en tout) qu’elle mentionnait des actes de violence aveugle se produisant en Chine. Le message qu’elle tentait de faire passer ne peut être plus clair.

Daech, ou l’État islamique (EI) a revendiqué les attentats de Paris. Mais il a aussi déclenché des attentats visant la Chine. Le 18 novembre, cinq jours après les attentats de Paris, Daech annonçait avoir fusillé en Syrie un otage chinois nommé Fan Jinghui, en même temps qu’un otage norvégien. Si Daech a exécuté un citoyen chinois, c’est parce que les forces terroristes du Turkestan oriental agissent de concert avec Daech et Al-Qaida. Les sept terroristes auteurs de l’attaque du 30 juillet à Kashgar revenaient du Pakistan où ils avaient été encadrés par l’ETIM. Après cette formation, ils sont rentrés au Xinjiang pour y conduire des attaques armées. Aujourd’hui, des milliers d’apprentis-terroristes de nationalité chinoise reçoivent des formations de la part de Daech en Syrie. Ils participent à des activités terroristes sous sa houlette et sont prêts à rentrer en Chine pour y poursuivre leurs sinistres activités. Encore un point commun avec les attentats de Paris : des extrémistes religieux français se sont rendus en Syrie pour y participer au a« djihad », avant de retourner en France pour y perpétrer les actes que l’on sait.

Seymour Hersh, le célèbre journaliste d’investigation américain, a prouvé dans Military to Military, un article récemment paru dans la London Review of Books, l’existence d’une « Uyghur rat-line » ( « navette des traîtres ouïghours »), qui transporte des terroristes du Xinjiang vers l’EI en Syrie. Les « djihadistes » ouïghours du Xinjiang empruntent cette voie de transport clandestin pour se rendre en Turquie, d’où ils rejoignent la Syrie. Il y a trois ans, un autre réseau de ce type a été découvert, celui-ci passant directement du Xinjiang au Kazakhstan, d’où les activistes pouvaient pénétrer en Syrie. Des passages souterrains qui ont permis à des extrémistes du Xinjiang, dont le nombre est estimé entre 680 et 2 000, de participer au « djihad » en Syrie. Comme l’indiquait Jean-Paul Baquiast, journaliste du site d’actualités français Mediapart dans son article du 26 décembre 2015, « Apparemment, Ursula Gauthier n’avait pas enquêté complètement sur cette question. » Non seulement le Xinjiang est le théâtre de mouvements terroristes dangereux, mais il apparaît que les organisations terroristes en question ont noué des liens étroits avec des organisations internationales telles que l’EI. C’est là un troisième signe à mettre en parallèle avec les attentats de Paris. « Il est facile de comprendre pourquoi Pékin s’en inquiète », explique M. Baquiast.
De toute évidence, Mme Gauthier sait très bien ce qu’elle écrit.

Maxime Vivas, journaliste et écrivain français l’auteur de "La face cachée de Reporters sans frontières", et “Dalaï lama, Pas si Zen” a constaté simplement et justement que « Si Ursula Gauthier avait écrit sur les attentats terroristes de Paris (janvier et novembre) ce qu’elle a écrit sur les attentats au Xinjiang, elle aurait eu à en répondre devant la Justice française ».

Face au terrorisme internationalisé…
L’ETIM n’est pas une menace limitée à la Chine, elle s’étend à l’ensemble de la communauté internationale. En réalité, les terroristes coopèrent sur une échelle mondiale. Et comme pour les changements climatiques qui ne connaissent pas de frontières, c’est une union sacrée internationale dont nous avons besoin pour lutter efficacement contre le terrorisme. En d’autres termes, il faut que les pays cibles du terrorisme procèdent de façon coordonnée et coopèrent. Traiter le terrorisme de manière différenciée, appliquer une politique de “deux poids, deux mesures” selon les différents pays et régions, c’est vouer à l’échec la lutte contre le terrorisme, car c’est une pratique qui divise la communauté internationale au lieu de la rassembler. C’est ce que les terroristes espèrent. C’est le temps de rejeter la logique absurde dit « L’ennemi de mon ennemi est mon ami ». Comme l’Union soviétique communiste, les États-Unis capitalistes, la Grande-Bretagne libérale, sans oublier la Chine divisée en nationaliste et communiste, avaient pu s’allier dans la guerre contre le fascisme allemand et japonnais, cette fois encore des pays aux systèmes sociaux différents doivent faire preuve de courage et de sagesse et s’unir pour lutter ensemble contre le terrorisme, cancer de l’humanité.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents