Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Interview exclusive du voleur... Chakib KHELLIL sur EnnaharTV. On aura tout vu et entendu ou....presque !!!

Publié par The Algerian Speaker sur 2 Avril 2016, 13:28pm

Catégories : #Charika Gadra (hacha enaâma)

Pour sa première sortie médiatique après son retour, aussi surprenant que brutal, sur le territoire national, l’ancien ministre de l’Energie, Chakib Khelil, a choisi la wilaya de Djelfa et la chaîne du pouvoir, EnnaharTV, pour se poser en victime des agents de l’ex-DRS et claironner son amour de l’Algérie « qu’il a servie depuis l’époque de Houari Boumédiene ».

La main sur le cœur, Chakib Khelil jure qu’il n’avait pas connaissance de ce qui se passait à Sonatrach : « Des gens étaient certainement au courant de se qui se tramait Sonatrach mais personne ne m’a jamais rien dit », affirme celui qui, à une époque, portait la double casquette de ministre de l’Energie et de PDG de Sonatrach. Cela alors que les dirigeants et cadres de Sonatrach affirmaient que rien ne pouvait se faire sans l’aval du tout-puissant Khelil. Du reste, durant le procès Sontrach1, les principaux accusés ont certifié que le proche de Bouteflika était tenu au courant de toutes les transactions. « Tout cela est faux », maintient pourtant Khelil qui dit « rassembler des documents pour demander des comptes » à ceux qui l’ont « injustement accablé ». Pour autant, celui pour lequel trois mandats d’arrêt avaient été émis par la justice algérienne (avant d’’être annulés, comme on sait) et dont le nom apparait dans des enquêtes judiciaires conduites à l’étranger, affirme qu’il n’est pas animé d’un sentiment de vengeance : « Je suis un serviteur de l’Algérie et dans l’intérêt de notre peuple», a-t-il encore assuré en soutenant ne pas posséder de nationalité américaine : « Contrairement à ce qui a été dit et écrit, je n’ai pas de passeport américain. J’ai seulement la nationalité algérienne ».

Chakib Khelil y est également allé de son expertise sur la situation économique induite par le recul des cours du pétrole et estimé que « Comme 2015, les six premiers mois de 2016 seront difficiles ». « Heureusement que nous avons fait le choix de rembourser les dettes en leur temps», s’est-il encore rengorgé pour souligner son apport bénéfique pour l’Algérie.

En fin de compte, il semble bien, comme on le dit ici et là, qu’il faille s’attendre à un prochain retour au gouvernement d’un ministre qui a été accusé de tous les crimes sans qu’il ait eu à s’en expliquer devant les instances compétentes.

Que dira la justice ?

i24 PRESS

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents