Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Laïcité, voile, charia, État islamique… Ce que pensent les Algériens(source TSA) de la religion

Publié par The Algerian Speaker sur 12 Mai 2016, 12:59pm

Catégories : #DEBATS A BATONS ROMPUS(hiwar bila houdoud)

L’étude, réalisée dans cinq pays d’Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Maroc, Libye et Égypte), se penche sur les relations entre le sentiment d’identité citoyenne et religieuse et aborde plusieurs sujets.
L’étude, réalisée dans cinq pays d’Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Maroc, Libye et Égypte), se penche sur les relations entre le sentiment d’identité citoyenne et religieuse et aborde plusieurs sujets.

La majorité des Algériens (58.5%) se sentent en premier lieu musulmans avant d’être citoyens algériens, affirme une étude réalisée par l’agence tunisienne Sigma Conseil en partenariat avec l’Observatoire arabe des religions et des libertés (OARL) et la fondation allemande Konrad Adenauer, rapporte Jeune Afrique. L’étude, réalisée dans cinq pays d’Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Maroc, Libye et Égypte), se penche sur les relations entre le sentiment d’identité citoyenne et religieuse et aborde plusieurs sujets.

Outre les 58.5% se sentant d’abord musulmans, 30.1% des Algériens se sentent « d’abord citoyens », 6.6% se sentent « d’abord arabes », 2.8% se sentent « d’abord berbères » et 1.9% se sentent autres (méditerranéen, africain, chrétien, etc.). Les tendances entre les cinq pays nord-africains sont sensiblement les mêmes. Seule la Tunisie, avec 53.2%, dispose d’une majorité de Tunisiens se sentant d’abord citoyens avant d’être musulmans. L’immense majorité des Algériens sondés (93.8%) considèrent cependant que quelle que soit leur religion, les citoyens d’un même pays doivent avoir les mêmes droits.

En ce qui concerne le port du voile intégral (niqab), 37.6% des Algériens ont exprimé un « refus total », 21.6% ont exprimé « plutôt un refus », 8.3% ont exprimé « plutôt un soutien » et 25.6% des Algériens ont exprimé un « soutien total ». Les tendances présentes en Algérie à l’égard du voile intégral sont sensiblement les mêmes qu’au Maroc, en Égypte et en Libye. La Tunisie se détache néanmoins des autres pays, 84.3% des sondés ayant exprimé un « refus total » à l’égard du voile intégral.Au sujet de la séparation entre le religieux et la politique, 40.5% des Algériens ont exprimé être « tout à fait d’accord » pour une séparation, 16.% sont « plutôt d’accord », 10.8% sont « plutôt pas d’accord » et 27% des Algériens sondés affirment être « pas du tout d’accord » pour une séparation entre le religieux et le politique. En parallèle, 62,9% des Algériens sondés approuvent l’application de la charia comme unique source des lois. Un paradoxe présent dans tous les autres pays d’Afrique du Nord sondés, à l’exception de la Tunisie.

Enfin, l’étude révèle que 85.4% des Algériens sondés ont une « très mauvaise » image de Daech (l’État Islamique), 5.2% ont une image « plutôt mauvaise » et seulement 0.7% ont une « très bonne » image de l’État Islamique. La condamnation de Daech est unanime dans les cinq pays d’Afrique du Nord sondés. Jeune Afrique explique que pour les sondés, les principales raisons qui poussent une personne à se rallier aux rangs de l’État islamique sont plutôt sociales : chômage, inconscience et attrait du gain facile.

Au sujet de la séparation entre le religieux et la politique, 40.5% des Algériens ont exprimé être « tout à fait d’accord » pour une séparation, 16.% sont « plutôt d’accord », 10.8% sont « plutôt pas d’accord » et 27% des Algériens sondés affirment être « pas du tout d’accord » pour une séparation entre le religieux et le politique. En parallèle, 62,9% des Algériens sondés approuvent l’application de la charia comme unique source des lois. Un paradoxe présent dans tous les autres pays d’Afrique du Nord sondés, à l’exception de la Tunisie.

En ce qui concerne le port du voile intégral (niqab), 37.6% des Algériens ont exprimé un « refus total », 21.6% ont exprimé « plutôt un refus », 8.3% ont exprimé « plutôt un soutien » et 25.6% des Algériens ont exprimé un « soutien total ». Les tendances présentes en Algérie à l’égard du voile intégral sont sensiblement les mêmes qu’au Maroc, en Égypte et en Libye. La Tunisie se détache néanmoins des autres pays, 84.3% des sondés ayant exprimé un « refus total » à l’égard du voile intégral.

Enfin, l’étude révèle que 85.4% des Algériens sondés ont une « très mauvaise » image de Daech (l’État Islamique), 5.2% ont une image « plutôt mauvaise » et seulement 0.7% ont une « très bonne » image de l’État Islamique. La condamnation de Daech est unanime dans les cinq pays d’Afrique du Nord sondés. Jeune Afrique explique que pour les sondés, les principales raisons qui poussent une personne à se rallier aux rangs de l’État islamique sont plutôt sociales : chômage, inconscience et attrait du gain facile.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents