Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Archéologie : La délimitation de Tobna achevée

Publié par The Algerian Speaker sur 20 Août 2016, 17:36pm

Catégories : #HISTOIRE (KAN YA MAKAN FI KADIM AZAMANE

L'aire de protection, qui sera déterminée par l'opération de délimitation, s'étendra sur l'est de la route nationale allant de Barika à M'doukal, dans la direction de la commune de Bitam. Photo : DR
L'aire de protection, qui sera déterminée par l'opération de délimitation, s'étendra sur l'est de la route nationale allant de Barika à M'doukal, dans la direction de la commune de Bitam. Photo : DR

Le site antique de Tobna, situé à 4 km au sud-est de la ville de Barika, dans la wilaya de Batna, a bénéficié d’une opération de délimitation du périmètre concerné par les restes de l’ancienne ville, considérée comme un patrimoine historique et culturel d’une importance stratégique. L’opération, qui vient d’être achevée a été menée par une équipe de spécialistes du Centre national de recherche en archéologie. L’information a été donnée il y a quelques jours par le directeur de la Culture de la wilaya de Batna, Omar Kebour.

La délimitation du « périmètre archéologique » a été menée 18 et 24 juillet et le rapport de l’équipe d’archéologues sera soumis à une commission spécialisée au ministère de la Culture avant d’être remis aux services concernés dont les Domaines publics et le Cadastre pour procéder à la révision du statut du site et aux relevés nécessaires, a précisé le directeur de la Culture de la wilaya de Batna.

L’aire de protection, qui sera déterminée par l’opération de délimitation, s’étendra sur l’est de la route nationale allant de Barika à M’doukal, dans la direction de la commune de Bitam.

Creuset des civilisations berbéro-romaines

C’est « un premier pas très important » vers la protection du site, relèvera Omar Kebour, en ajoutant qu’« une seconde étude devra être lancée prochainement pour tenter de connaître ce que renferme le site dont l’essentiel des vestiges est enseveli ».

Ce site, considéré comme un des creusets des civilisations berbéro-romaines qui se sont succédé sur cette partie orientale du pays, a failli subir, au printemps 2013, un affront de la part de gens inconscients, lorsque des engins de travaux publics s’étaient présentés afin de préparer la plate-forme d’un projet de promotion immobilière (logements promotionnels et participatifs). Heureusement que des citoyens de la région, soucieux de la sauvegarde du patrimoine historique de la ville antique et d’autres sites voisins, avaient tiré, avec grand bruit, la sonnette d’alarme, geste relayé par différents organes de presse. Les jeunes des communes de Barika estimaient que c’était là un « crime contre l’histoire et la culture de la région ».

Le site de Tobna est classé en 1950 par l’administration coloniale française et inscrit sur la liste du patrimoine national en janvier 1968. Laissé presque à l’abandon, sa situation s’est dégradée sous l’effet du climat et du pillage.

De Tuben Oppidun à Tobna

En 2013, les engins envoyés pour réaliser la plate-forme d’immeubles qui allaient être construits sur les lieux, mirent au jour des vestiges, sous forme de constructions, et un aqueduc par lequel les populations acheminaient l’eau d’un point à un autre de la ville antique. Le chantier a été arrêté suite à une réclamation venant de l’Office national de gestion, d’exploitation et de protection des biens culturels protégés, et du Centre national de recherches archéologiques et historiques.

L’ancien directeur de la Culture de la wilaya de Batna, Nordine Bouguendoura fit incomber la responsabilité d’une telle dérive aux services communaux de Barika, mais aussi aux services de sécurité, du fait que ces derniers font partie de la commission nationale de la protection des vestiges et des biens culturels.

La ville de Tobna, s’appelait Tobuna ou Tubonis, ou encore Thubunae. Dans son livre intitulé « Histoire naturelle » (écrit en l’an 23 avant Jésus-Christ), Pline l’Ancien l’a désignée par le nom Tuben Oppidun (ville fortifiée). Après l’arrivée de l’Islam au Maghreb, la ville prendra le nom de Tobna et deviendra la capitale de la région du Zab, avant que les Hammadites ne l’annexent, au 11ème siècle.

De cette période, elle garde un très beau palais qui revient à la dynastie Ziride.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents