Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


"L'arabo-islamisme de l'imposture", de Aumer U Lamara, publié chez Achab

Publié par The Algerian Speaker sur 7 Septembre 2016, 19:38pm

Catégories : #LIVRES-DVD et CD audio

"L'arabo-islamisme de l'imposture", de Aumer U Lamara, publié chez Achab

Dans ce pamphlet, le romancier d’expression amazigh Aumer U Lamara dissèque les ressorts de l’idéologie arabo-islamique et faire remonter l’aiguille de l’histoire jusqu’à l’origine.

Sorti en plein été, ce livre est un vrai brûlot. Une charge sans concession contre cette "idéologie" dont le pouvoir et ses nombreux relais font une identité de substitution en Algérie. Dès l’incipit de l’ouvrage, l’auteur montre son refus du fait accompli imposé par les tenants de cette idéologie parce «tant qu'il y a des Hommes qui luttent, des peuples unis ou ennemis, ils peuvent à tout moment changer le cours des choses et tracer la voie qui correspond à leurs intérêts. L'histoire est vivante, mouvante, comme le sont les humains, précise-t-il dans la préface. Ajoutant de suite que "ceux qui se sont mis à claironner et déclarer “la fin de l'histoire” ne sont en fait que ceux-là même qui souhaitent que la situation reste telle quelle, comme elle convient à leurs intérêts". Le décor est planté. "Comment peut-on fermer la porte derrière soi, arrêter le cours de l'histoire, et ôter toute initiative de changement aux générations futures ?", s’interroge Aumer U Lamara. Aussi il appelle à une remise en marche du peuple opprimé auquel il appartient.

Aussi, il estime que "le premier geste du révolté qui se soulève pour se libérer du joug et des liens qui l'oppriment, dans son époque, commencera par dénoncer cet état de fait qui le maintient depuis des décennies ou même des siècles, et le rejeter. C'est la seule voie possible. Il commencera par se secouer, se redresser puis foncera et se libérera des liens pour courir vers la liberte.

Le propos est empreint d’espoir, car les peuples sont imprévisibles et les révoltes les plus profondes sont d’abord souterraines avant de monter en surface pour balayer l’oppression.

"Un jour que personne n'attendait, soufflera alors le vent de la liberté, et ce peuple défaira les liens faits d'impostures qui l'attachaient, foncera de toute son énergie et détruira les fondements de son oppression et de ses oppresseurs (tigejda-nni yebnan γeff usekkak)", poursuivra-t-il dans la préface.

L’humain, cette richesse

"De notre point de vue aujourd'hui, ce n'est pas tant la force brute ou la poudre qui constitue cette capacité. La puissance d'un pays se trouve dans sa culture, sa maîtrise de la connaissance et de la technologie. Une nation qui tient à sa culture, à sa langue, dispose d'un bien, d'une puissance que nul autre ne peut lui enlever", écrit Aumer U Lamara.

L’auteur donne une esquisse du processus de révolte et rappelle combien l’histoire est capitale dans la mécanique qui conduit l’homme à sa liberté. "L'homme révolté, esclave parmi les esclaves, commencera par regarder vers son passé, ses origines, et il questionnera alors son histoire. Puis il fera tout pour revaloriser ses origines, en tirer fierté et légitimité afin de répondre et affronter son oppresseur", constate dans sa préface l'auteur.

L’auteur ne va pas par quatre chemins, expliquant que sa volonté n’est pas seulement de comprendre cette idéologie mortifère qui a fait de Tamazgha, ce qu’elle ne devait être. "Dès le départ, nous visons, sans détours, la fin de cette idéologie, en participant à une tiwizi qui assèchera ses fondements pour la faire disparaitre de notre paysage."

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Aumer U Lamara n’est pas un illuminé, mais un scientifique épris de son identité amazighe. Un homme qui consacre toute son énergie à l’écriture en tamazight. Aussi, en esprit cartésien il souligne que «pour tout problème, la solution est souvent atteignable lorsque tous les concernés se concertent, ensemble, pour aller jusqu'à la source du problème, suivre le cheminement de son aggravation qui l'a rendu visible aux yeux de tous".

Il est entendu comme précisé par l’auteur, le livre "L'arabo-islamisme de l'imposture" n’a pas pour objet la religion. Mais prévient-il, "il n'y a pas de religion là où les Hommes ne vivent pas. En toute époque, ce sont les Hommes qui ont véhiculé les religions. Si une religion était au départ une idée, une voie, parfois un message écrit, en fin de compte ce sont les Hommes qui l'adoptent et se l'approprient qui deviennent sa voix, sa puissance". De juste, il observe que "l'histoire de chaque religion dans le monde est intimement liée aux peuples qui l'ont adoptée et propagée".

Puis d’entrer dans l’histoire pour donner d’abord un premier éclairage de ce qu’est l’ensemble de l’ouvrage. "La pénétration de la religion musulmane en Tamazgha (670 – 711), n'était pas un voyage d'agrément pour les cavaliers et ils n'étaient pas reçus avec des youyous. L'invasion s'étendit sur plus de 50 ans de guerre entre les Imazighen et les cavaliers de Okba Ibn Nafaâ. Des villages, des fermes furent rasés, il y eut des milliers de morts et de prisonniers vendus comme esclaves. Deux siècles plus tard, vers 912, toutes les armés arabes avaient quitté Tamazgha et toutes les régions étaient alors dirigées par des sultans autochtones."

Le livre est bâti en six chapitres.

Chapitre 1 : "De ce côté-ci la culture, de l'autre la sauvagerie" (akka d idles, akkin d tijjehli), interpelle sur la frontière établie, par calcul, par les adeptes de l'arabo-islamisme. Une forme de big bang bis, entre la période islamique de Tamazgha et avant, dénommée ''el jahiliyya'', la non-histoire, ou encore la non-culture. 200 000 ans d'histoire de l'Humanité effacés d'un trait.

Chapitre 2 : La patrie ou la oumma (tammurt neγ lumma), porte un regard sur l'immense imposture, non dite, dans lequel ''le pays de la oumma des musulmans sera unie… mais le commandement sera en Orient, à la Mecque, Ryad, Koweit City ou Doha». Après la mise à nu de l'imposture, il était nécessaire de renforcer l'idée que rien ne peut se faire sur ce qui divise, mais bien sur ce qui unit : la patrie (tawemmatt), avec sa terre, ses frontières, ses lois et la solidarité de ses enfants. La seule muraille indestructible (d agadir ur irettem yiwen).

Chapitre 3 : "Parole de l'humain, parole de Dieu" (awal n umdan, awal n Rebbi). Dans la culture amazigh, la parole est au centre de tout, au-dessus de tout, le coeur du sens ; c'est l'appel pour tiwizi, la complainte du poète, le rêve des hommes libres, le regard vers l'immensité de l'inconnu, là où préside le Grand Roi, Agellid Ameqqran. Nous trouvons, au fond, que l'homme, comme Dieu, qui ''se nomme lui-même'' (Rebbi igan isem i yiman-is), leur parole est unie, confondue, et ne fait qu'une, c'est la voix de l'humanité, là où il n'y a nulle frontière…

chapitre 4 : L'arabo-islamisme en Tamazgha, reconstitue le fil conducteur de la naissance de cette idéologie, ses fondements, ses agents, les impostures multiples pour détourner l'histoire de Tamazgha et agir en sous-traitant de la colonisation française et du nationalisme arabe.

Chapitre 5 : L'arabo-islamisme depuis 1962, fait le bilan des déviations du mouvement national depuis le PPA bien avant 1948, l'alignement sur le nationisme arabe avec le couple Nasser-Ben Bella, l'enterrement de la culture amazigh au 1er festival panafricain, la politique d'arabisation de l'École algérienne, la préparation du terrain pour l'islamisme politique et la vassalisation de notre pays.

Chapitre 6 : La voie de Tamazgha (Asalu n Tamazgha), après la mise à nu de l'imposture de l'arabo-islamisme sous toutes ses formes, pour pouvoir s'en affranchir, propose quelques pistes pour l'avènement d'une Tamazgha libre.

C.P.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents