Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Les guerres sans fin de Chawki Amari

Publié par The Algerian Speaker sur 25 Octobre 2013, 19:04pm

Catégories : #Point zero de chawki Amari

C'était justifié, il fallait faire la guerre aux Romains, aux Vandales et aux Byzantins, puis aux Espagnols et aux Français, un peu moins aux Arabes et aux Turcs. Mais à l'indépendance, on nous demande de faire la guerre aux contre-révolutionnaires qui refusent le pouvoir du clan de Oujda. Krim Belkacem, héros de la guerre d'indépendance, est rapidement jugé et condamné à mort par contumace. Un appel au meurtre est lancé à l'époque par le quotidien public La République en des termes qui devraient pousser à revoir le rôle de la presse nationale dont la journée vient juste d'être célébrée : «Tout Algérien se doit d’être l’auxiliaire de la justice en exécutant la sentence de mort en tout lieu et en tout moment.»

Krim Belkacem assassiné par un «auxiliaire», il a fallu accepter de faire la guerre aux autres opposants et applaudir à la mort de Khider, la déchéance de Ferhat Abbas et l'emprisonnement de tous les déviants. Plus tard, il a fallu faire la guerre aux privés, aux propriétaires terriens, à la bourgeoisie et aux libéraux. Il a fallu ensuite faire la guerre aux berbéristes, aux communistes puis aux islamistes, terroristes et chadlistes, pour que juste après on nous demande de se réconcilier pour faire la guerre aux laïcs et aux janviéristes. Le temps de finir cette guerre et déjà, il a fallu repartir sur le front pour une guerre contre le Maroc, contre l'Egypte le temps d'un match et la France le temps d'un scrutin. On nous demande aujourd'hui de faire la guerre à Al Jazeera, à Hafid Derradji pendant les matches et aux boulangers pendant l'Aïd. Mais pourquoi personne ne nous demande de faire la guerre au cancer ou à la corruption, ou encore de mener une attaque d'envergure là où les diplomates otages du Mujao, quelque part dans le Sahel, sont détenus depuis un an et demi ? L'Algérien est peut-être un guerrier, mais il y a des guerres de trop et d'autres qui se perdent vraiment.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents