Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Pourquoi lever le petit doigt par Kamel Daoud

Publié par The Algerian Speaker sur 9 Décembre 2013, 16:16pm

Catégories : #la rubrique de Kamel Daoud

Magnifique verdict de EM Cioran : « On ne réfléchit que parce qu'on se dérobe à l'acte. Penser, c'est être en retrait ». Que dire ? Rien, il faut agir. Mais vers quoi ? Comment ? C'est l'angoisse de l'intellectuel algérien post-90 : Il est le fils de la guerre d'où il n'est pas sorti vivant, ni mort. Seulement assis sur un banc. En retrait. C'est l'une des grandes réussites du régime et du doute national : la bleuite qui ne tue pas mais immobilise, paralyse ou exile. Car le piège avait été énorme et sans solution : se battre pour la démocratie se concluait par un pacte avec les islamistes. Se ranger du côté des militaires, c'était comme marcher sur son propre corps et ses convictions. A la fin, ni mort, ni vivant, seulement empaillé. Penser sans cesse à que faire. Comment faire changer un pays ? Le rendre viable pour l'arbre et l'enfant ? Comment faire barrage aux hideux et aux abuseurs de la nation, violeurs de toutes sortes ?

Comme aimer un pays et revenir avec de meilleurs sentiments vers un peuple qui semble trahir les clercs et les détester sans raisons ? Et comment aimer sa mère sans accepter le beau-père (le régime) ? Et comment faire quelque chose d'utile, de direct, de simple sans se faire récupérer, se faire frapper sur les doigts, se faire avoir ? Penser à ne pas penser, dit le faux Zen de la démission.

Attendre qui ? Soutenir quelle personne qui puisse apporter la justice et un lever de soleil ? D'ailleurs la question est : en qui croire ?

Le manuel dit « se battre ». Se faire frapper, aller en prison, se faire harceler et déposséder pour pouvoir posséder un pays aimable. Oui, mais pour qui ? Un peuple qui vous ignore et vous évite, ne vous croit pas ? Une plèbe ou un peuple ? A quoi sert le sacrifice du mouton pour le mouton ? Mais subir est-il possible toujours ? Non, cela vous tue en vous gardant vivant, là aussi. Il y a quelque chose d'irréductible en chacun, qu'on ne peut pas ignorer sans jaunir du teint, ricaner de soi et puis se décomposer. Mais faire quoi alors? Comment ne pas penser indéfiniment et trouver en soi les raisons d'agir ? Le chroniqueur fonde sa morale sur la notion de conséquence : il y a toujours une suite à l'acte, la parole et la pensée. Griller un feu rouge dans un endroit désert peu avoir l'effet du papillon. On est responsable de ses actes et lié au monde ainsi, par son existence. Mais cela est valable pour le salut de soi, pas pour justifier le sacrifice de soi aux autres. Comment, par quel chemin son propre salut dépend de celui, de ceux qui vous entourent ? Pas de réponse. On pense alors et on reste en retrait. Le temps passe mais ne répond pas. Personne ne répond à l'homme. Il est seul. Tout le reste est écho. Notre solitude est notre couronne face au cosmos.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents